Abonnez-vous!

Articles

« Quand les conditions de sécurité primordiale sont réunies nous pouvons tout au plus parler de la garantie d’être, d’exister, et non du bien-être, ni du bien exister. Le bien-être ne saurait donc être ramené à la jouissance de la sécurité, c’est-à-dire à la certitude de vivre demain et après demain. Il découle de cela que la satisfaction des besoins

Continuer la lecture

Le cynique. Le rebelle. L’anticonformiste. Le tonneau: ultime camp de libération; cuisine vivante des faits et gestes ô combien marginaux de Diogène. Le plus célèbre des cyniques. Né à Sinope. Au nom d’une liberté, il choisit d’entrer au théâtre par la porte de sortie. Pour caricaturer

l’inhumanisme ambiant, il demande habituellement l’aumône aux statues. Paraboliquement, il cherche l’homme, à midi, muni d’une lampe allumée:  » Je cherche l’homme ». L’homme idéal, modèle, exemplaire. Pourvu de vertus supérieures. L’homme incorruptible, détaché des appétits aliénants terrestres. Il faut une torche bien brillante pour dénicher pareil homme! Et quand Diogène, dans une solennelle simplicité,  demande au grand Alexandre ( Alexandre le Grand), de permettre à son peuple de voir enfin la lumière du soleil ( « ôte-toi de mon soleil » ), la torche quitte l’étroitesse d’une rue pour illuminer le monde!!!

L’ARGUMENT

La finalité de la maïeutique socratique est d’éclairer les consciences afin que dans la pratique les valeurs véritables se distinguent des fausses. Aujourd’hui plus qu’hier, la caverne est partout envahissante et la tentation d’un suicide moral permanente. D’où l’intérêt socio-pédagogique de la socratologie[1].  La discipline de vie initiée par Socrate peut- elle aider à combattre les comportements compromettants ?

Continuer la lecture